BNP, Crédit Mutuel et le CIC s’unissent en créant un porte-monnaie électronique commun

  Temps de lecture : 2 minutes  

Les clients du CIC, de BNP Paribas et de 15 des 18 fédérations du Crédit Mutuel auront, au premier semestre 2017, une même application de porte-monnaie électronique.

Les paiements via mobile sont en plein essor et devraient atteindre 1 000 Milliards de dollars d’ici 2017. C’est donc pour répondre aux attentes des consommateurs comme l’importance de la sécurité, la souplesse, la simplicité et l’uniformité du choix que les solutions de paiement spécifiques se multiplient, à l’instar des portefeuilles électroniques.

Selon la définition de OSCP (Observatoire de la Sécurité des Cartes de Paiement), le portefeuille électronique est une solution qui « permet de confier à un tiers de confiance ses données personnelles et de paiement, qui sont stockées en vue de réaliser des opérations de paiemen« . Il consiste à regrouper plusieurs cartes (de paiement, de fidélité, coupons réductions, etc.) dans un portefeuille électronique.
Leur utilisation est simple puisqu’elle fonctionne par la saisie d’un identifiant et d’un mot de passe, et, parfois accompagné d’un code secret. Cette solution permet à l’utilisateur de ne pas ressaisir ses coordonnées bancaires à chaque transaction, voire de ne plus avoir besoin de transmettre ses coordonnées directement au commerçant, ce qui limiterait les risques de fraude.

BNP Paribas ayant compris les enjeux du paiement mobile, a développé sa solution ‘WA !’, pour le compte de l’enseigne Carrefour, actuellement en phase de test dans ses grandes surfaces. De son côté, le Crédit Mutuel et CIC ont lancé en 2014 ‘FIVORY’, rejoint en juin 2016 par ‘ONEY’, banque du groupe Auchan, Total est Mastercard, avec un déploiement initialement prévu en juin 2017.

 

article-e-wallet

Finalement, les deux applications vont disparaître, pour n’en faire plus qu’une. La nouvelle marque sera communiquée fin 2016 et l’application lancée en 2017. Outre le paiement chez les commerçants partenaires, l’application permettra de gérer, pour les enseignes partenaires, la relation client comme les avantages des cartes de fidélité et les promotions personnalisées, et mettra aussi à disposition de nouveaux services comme les paiements entre particuliers, ou encore règlement des adhésions auprès de fédérations sportives). Les deux banques détiendront chacune environ 40% du capital du wallet, le solde étant aux mains des industriels et commerçants.

Le mécanisme de paiement utilisé est cependant ‘lourd’ comparé à celui d’Apple Pay. Outre les installations chez le commerçant, le process comporte beaucoup de manipulations. De même, il ne sera pas possible d’utiliser la NFC sur l’Iphone, réservé à Apple Pay. Il sera donc nécessaire d’inclure cet acteur dans le Wallet BNPP/Crédit Mutuel-CIC, pour en bénéficier.

Cette hypothèse pourrait néanmoins se concrétiser à terme, si le consortium Paylib devient compatible avec le Wallet d’Apple. Paylib est aujourd’hui porté par BNP Paribas, Société Générale, Boursorama, la Banque Postale, le Crédit Agricole, Hello Bank et Crédit Mutuel Arkea.

Le principal enjeu est désormais de convaincre le maximum de distributeurs possibles pour atteindre une masse critique et faire de cette nouvelle application un succès.